Qu’est-ce que le Business Process Outsourcing ou BPO ? - It-revue
771
post-template-default,single,single-post,postid-771,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.7.0,vc_responsive
BPO - It-revue

Qu’est-ce que le Business Process Outsourcing ou BPO ?

Business Process Outsourcing ou BPO est attribué à l’externalisation des services. Afin de mieux se focaliser sur leurs tâches principales, les entreprises préfèrent confier certaines missions à des prestataires externes. Comme toutes les stratégies pratiques, cette technique enregistre aussi bien des avantages que des inconvénients. Avant de se lancer dans cette opération, une étude des besoins en entreprise est indispensable. Tour d’horizon sur cette pratique.

 

BPO : définition 

Force est de mentionner que le BPO est une pratique courante depuis le début des années 2000. Elle consiste à confier une tâche interne à un prestataire externe. Généralement, il s’agit d’une tâche que l’entreprise ne peut assumer, soit par manque de temps, manque de ressources ou manque de compétences. Cela fait d’elle une stratégie fortement sollicitée dans le secteur de l’industrie et de la fabrication. Au fil du temps, toutefois, la pratique a évolué et affiche une forte présence dans le secteur tertiaire. C’est ainsi que l’externalisation se remarque surtout désormais dans le secteur informatique et la relation client.

 

BPO : ses avantages

Qu’il s’agisse de nearshoring ou d’offshoring, le BPO est synonyme d’économie sur le budget de fonctionnement. Ainsi, il n’est pas rare qu’un fournisseur extérieur d’un pays étranger propose ses services, pour un résultat convenable, à bas prix. En outre, l’entreprise qui externalise peut également bénéficier d’une réduction d’impôts. 

L’autre avantage pour l’entreprise est son gain en flexibilité. Ainsi, elle peut se préparer face aux changements et aux éventuelles améliorations du marché. 

Il est ainsi conseillé à chaque activité d’externaliser les missions secondaires, afin de mieux se concentrer sur les points stratégiques principaux. 

De leur côté, les prestataires BPO se spécialisent désormais dans une tâche spécifique ou proposent des services généralistes. Ainsi, ils sont de plus en plus nombreux, avec un savoir-faire et des compétences convenables. 

 

BPO : ses limites

Outre ses avantages intéressants, le BPO enregistre également des inconvénients et des limites qu’il mérite d’évoquer. En effet, les entreprises qui y ont recours sont souvent confrontées à divers problèmes. 

Le premier concerne la sécurité des données. En effet, l’entreprise et les prestataires doivent créer des connexions, pour le bon déroulement de la collaboration. Force est de constater pourtant que ces connexions sont fortement appréciées des hackers, qui y trouveront une faille pour l’entreprise. Cette inquiétude est appuyée par une obligation de partage des données sensibles avec le prestataire externe. Les risques d’exploitations malhonnêtes ne sont pas loin.

La seconde limite du BPO concerne la maîtrise du coût. Il n’est pas rare que l’entreprise estime mal la charge de travail à confier au prestataire. Or, cela peut rapidement se traduire par un coût élevé par rapport à l’estimation initiale. Pour pallier ce problème, il est conseillé d’envisager tous les scénarios ou tout simplement d’opter pour des pratiques plus simples comme le nearshoring. 

Enfin, collaborer avec un prestataire ou un fournisseur étranger peut très vite aboutir sur un choc culturel. Il est alors important de se focaliser sur la technique de communication entre les deux parties, pour éviter de provoquer des tensions.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.