Piratage de site : guide pour réduire les risques - It-Revue
740
post-template-default,single,single-post,postid-740,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.7.0,vc_responsive
Réduire les risques de piratage de site - It-revue

Piratage de site : guide pour réduire les risques

La dématérialisation des données est une technologie révolutionnaire ! Pratiques et facteur d’un gain de temps indéniable, ces datas sont aussi la cible des pirates informatiques. Être victime d’un hacking entraîne une perte financière de grande échelle pour l’entreprise, sans parler des conséquences sur son image et sa productivité. Voici quelques bonnes pratiques pour réduire au mieux les menaces. 

 

Conseil 1 : installer les correctifs de sécurité

Ceci est la première règle ! Il faut savoir qu’à la moindre faille dans un logiciel est au profit des hackers. La grande majorité des attaques informatiques se font via cette ouverture. Pour éviter ce genre de situation, deux options s’offrent à l’entreprise :

  • exiger une installation de correctifs de sécurité sur le site web, au prestataire ;
  • s’abonner aux alertes de l’éditeur du logiciel.

 

Conseil 2 : contrôler les droits de modification

Généralement, il n’est pas anodin de rencontrer plusieurs utilisateurs ayant droit de modification sur un site Internet. Une surveillance et un contrôle sur leur nombre et leur possibilité sont toutefois indispensables. Concrètement, plus il y a d’utilisateurs, plus il y a de risques. 

La solution ? Prévoir des droits restreints et spécifiques à chaque utilisateur, selon son champ d’action. Cela permet de limiter tous risques d’erreurs humaines. Le concerné ne possède qu’un accès lié à ses attributions, qui lui est réservé. 

 

Conseil 3 : bien se former

Rien de tel pour se protéger qu’une bonne formation ! En effet, plus les risques sont identifiés, plus vite elles sont anticipés. Il faut savoir que la plupart des attaques sont attribuées à une erreur humaine. Pour ce faire, il est recommandé de faire appel à des prestataires externes de qualité. Ces derniers sont les plus qualifiés pour garantir un certain niveau de sécurisation ainsi qu’une bonne gestion de projet de site. 

Pour ceux qui ne peuvent faire solliciter un professionnel, il existe plusieurs formations et guides officiels afin de connaître au moins les bases et les bonnes pratiques en gestion de site.

 

Conseil 4 : choisir un mot de passe fort

Lors de l’acquisition du nom de domaine et du choix du système de gestion de contenu, il est indispensable de mettre un mot de passe. A cette étape, il est nécessaire qu’il soit suffisamment complexe pour réduire tout risque de piratage de site. Ainsi, les mots de passe courants comme “ 123456” ou “azertyuiop” sont à écarter ! Qu’est-ce qu’un mot de passe fort ? Un mot de passe est considéré comme de haut niveau de sécurité lorsqu’il répond à ces critères : 

  • long de 10 caractères minimum ;
  • avec des majuscules ;
  • avec des caractères spéciaux et des chiffres.

Il faut éviter les dates d’anniversaire, le nom de l’entreprise, l’adresse ou encore l’animal de compagnie. 

Enfin, il est conseillé de le modifier de temps en temps. 

 

Conseil 5 : protéger les données des visiteurs et le nom de domaine

Outre les bonnes pratiques techniques, sécuriser un site internet c’est également protéger le nom de domaine. Il existe plusieurs outils pour limiter au maximum les risques de piratage en tentant de passer par cet élément, comme le verrou de registre ou DNSSEC.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.