Mozilla Firefox ferme aussi sa filiale à Taïwan - It-revue
472
post-template-default,single,single-post,postid-472,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.7.0,vc_responsive
Fermeture de la filiale Taïwannaise de Mozilla Firefox - It-revue

Mozilla Firefox ferme sa filiale à Taïwan

Fragilisées par la pandémie, des entreprises ont dû prendre la voie du licenciement ou de la mise au chômage au grand dam de leurs collaborateurs. La Mozilla Foundation rejoint ces établissements coupant dans leurs effectifs. Au mois d’août 2020, 250 emplois passent à la trappe chez cette société siégée en Californie, qui décide de fermer ses bureaux de Taïwan.

Une suppression massive de postes chez Mozilla Firefox

Si les géants de la Toile profitent de toutes occasions pour étendre leur emprise sur le web, des opérateurs alternatifs peinent à garder la stabilité de leurs activités. Telle est la situation actuelle de Firefox, le navigateur libre développé et mis sur le marché par la Mozilla Foundation depuis 2002. La restructuration de l’entité s’annonce lourde, vu les 250 postes qui sont à supprimer. Cela correspond au quart des effectifs de l’équipe, et constitue un prolongement du licenciement de 70 employés déjà annoncé plus tôt cette année même.

Mozilla évoque le Corona virus et les conditions économiques qui l’accompagnent comme principale raison de cette restructuration. Les revenus du groupe sont significativement touchés par la crise sanitaire mondiale. Toutefois, il a été constaté que l’instabilité repose sur des explications structurelles et plus anciennes. L’avènement de la pandémie n’a fait qu’accélérer le cours des événements.

Mozilla avance vers d’importantes réorganisations

Après son intention de licencier un grand nombre de collaborateurs, le groupe en charge du navigateur Firefox tente d’inverser la tendance. Il a maintenant du mal à dégager des chiffres d’affaires, mais se penche sur le lancement de nouveaux produits, à savoir un VPN. C’est ce qu’affirme sa dirigeante Mitchell Baker.

Les plans élaborés avant la crise ne sont plus tenables pour le groupe. Par conséquent, la fermeture de la filiale à Taipei et la réorganisation des équipes en Amérique s’imposent. Ce changement vise plus de concentration sur les stratégies boostant l’utilisation de Firefox. Avec des produits nouvellement conçus, l’entreprise tente de regagner sa part de marché. Elle s’appuie sur Pocket, sur Hub et sur des outils de sécurité et de confidentialité en pleins lancements.

Une nécessité de générer seul des revenus

En 2018, les chiffres d’affaires de Mozilla Foundation ont atteint 451 millions de dollars. Ce bilan montre une baisse de 20 % par rapport à celui de 2017. Firefox exposait une certaine dépendance aux divers partenariats avec Google et d’autres moteurs de recherche. Ses recettes de 2018 provenaient à 91 % de ces collaborations. Cette situation lui met dans l’incapacité de générer des revenus en solo. Affronter Chrome, le navigateur de Google, devient alors compliqué.

Cette difficulté ne concerne pas uniquement Firefox. Ayant développé son moteur de rendu web, Microsoft baisse les bras depuis la fin de l’année 2018. Le groupe appuie alors son navigateur sur le navigateur de base Chromium de Google depuis mi-2019. La lutte contre la domination d’une seule technologie liée à la navigation web figure parmi les objectifs de Mozilla, affirment ses dirigeants.

No Comments

Post A Comment