Essayage virtuel en réalité virtuelle et augmentée - It-Revue
744
post-template-default,single,single-post,postid-744,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-6.7.0,vc_responsive
Essayages en VR et AR

Essayage virtuel en VR et AR

L’époque où Réalité Virtuelle ne rimait qu’avec l’univers vidéoludique est bel et bien révolue. Cette technologie s’étend maintenant vers tous les domaines, dont l’essayage de divers produits.

Elle tombe même à point nommé avec la pandémie qui poussait les consommateurs à éviter les cabines d’essayage. En effet, Opinion Way révèle dans un sondage que 32 % des interrogés ne se sentent pas en sécurité dans les boutiques. 18 % affirment même ne plus vouloir s’y rendre. Mais le recours à l’essayage virtuel ne se limite pas en période d’urgence sanitaire. Dorénavant, il s’intègre dans les habitudes quotidiennes, et ce pour divers types de produits.

Essayer des articles avec son smartphone sans bouger de chez soi

En 2012, Converse a ouvert la voie de l’essayage virtuel avec l’application Sampler pour l’iPhone. Les utilisateurs n’ont qu’à lancer cet outil sur mobile pour voir si les chaussures leur conviennent.

Les fans de Gucci profitent également de ce processus innovant. La marque italienne a déjà mis à la disposition du public une application mobile faisant usage de la réalité virtuelle pour essayer les baskets Ace. Elle s’associe ensuite avec Snapchat et fait bénéficier sa clientèle de la fonctionnalité Try-on sur la plateforme américaine. Quant à Dior, l’enseigne a choisi de collaborer avec Instagram pour proposer un filtre de Réalité Augmentée permettant d’essayer les lunettes DiorSoLight.

Essayage avec personnalisation

Dans le monde de l’horlogerie-joaillerie, le groupe Richemont offre un bon exemple d’essayage virtuel pour sa marque Baume. Les clients peuvent essayer virtuellement la montre sur leurs poignets avec un bracelet en papier et un rendu quasi-identique à la version physique. Ce qui permet d’impliquer les consommateurs au processus de conception. Un configurateur 3D est également accessible sur le site de la marque. Son rôle ? C’est de présenter les produits en mode tridimensionnel pour que les clients puissent interagir et créer leurs propres designs. Cet outil est issu de la collaboration entre la maison suisse et la startup française Hapticmedia.

Mais il est à noter que la Réalité Augmentée et la Réalité Virtuelle pour essayage ne sont pas l’apanage des marques de renom. Une étude de Gartner révèle que 46 % des détaillants pensent à adopter ces types de solutions dans le but d’améliorer leur expérience client.

Google et sa nouvelle fonctionnalité d’essayage en Réalité Augmentée

Pour ce projet, le géant américain collabore avec diverses grandes marques de cosmétiques comme L’Oréal et Black Opal. Côté technique, il s’associe avec ModiFace et Perfect Corp, spécialistes de la Réalité Augmentée et de l’Intelligence Artificielle.

Mais comment profiter de l’essayage virtuel Google ? L’utilisateur tape la référence du produit sur le moteur de recherche. Une fois que l’article apparaît, il peut tester les nuances disponibles sur des mannequins avec différents grains de peau. Mieux encore, et c’est le but même de l’essayage virtuel, il utilise la caméra de son téléphone pour tester l’article sur lui.

Essayage virtuel : confort des clients, mais aussi avantages pour les vendeurs

Le test des produits à travers la Réalité Augmentée améliore l’expérience client. L’acheteur essaie l’article et joue avec sans même se déplacer. Il peut voir en 3D quel rendu le maquillage offre sur sa peau, ou comment la montre apparaît sur son poignet.

L’essayage virtuel accorde aussi des possibilités de personnalisation, ce qui permet au consommateur de commander un produit selon sa personnalité et son style. Par ailleurs, il encourage les ventes croisées, car le vendeur peut proposer des produits complémentaires susceptibles d’intéresser le client.

Notons aussi qu’avec l’apparition de l’essayage virtuel, le nombre des retours a amplement diminué. Comme les clients peuvent essayer en 3D avant de conclure l’achat, ils aperçoivent en avance le rendu sur leurs corps. Cette baisse des retours signifie réduction des coûts et fluidité de la chaîne d’approvisionnement.

Tags:
,
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.